Call us  +33 (0)4.75.37.41.13 / +33 (0)6.87.34.71.09

Grange 07600 St Andéol de Vals

La ferme

Panorama Grange

 

La ferme est située entre Privas et Aubenas sur les hauteurs de la vallée de l’ Oize, surplombée par le roc de Gourdon qui domine le col de l’Escrinet, célèbre pour être le passage de nombreux oiseaux migrateurs.
2003-06Grange06reduit  

Notre arrivée

Nous nous y sommes installés en 2003 et avons eu a cœur de remettre en état de production la châtaigneraie. Depuis, nous récoltons et transformons nos châtaignes pour le plus grand plaisir des gourmets. La maison a été réhabilitée et nous y avons aménagé 2 gîtes ruraux pour accueillir nos visiteurs. Depuis 2010, Un étalon arabe et trois juments nous font le plaisir de gambader sur l’exploitation et de nous donner de jolis poulains qui feront la joie des amateurs de chevaux.

 

Histoire du domaine

Une maison extraordinaire

Au départ, « Grange » n’était effectivement qu’une grange où les fermiers de la Conquiste (hameau à 100m) entreposaient leur foin. Puis elle fût agrandie pour y mettre les bêtes. C’est au 16eme siècle, que se construit une habitation pour le fils d’un des fermiers. La bâtisse s’est agrandie petit à petit au fil des décennies et ce dans tous les sens : en long, en large et en hauteur. Sur les façades extérieures, on voit encore aisément aujourd’hui les traces des pièces rapportées.

Au 17e siècle, le chemin muletier qui allait de vals à valence passant par-là, un fermier eu l‘idée d’accueillir les muletiers en relai, et créa une auberge. « Grange » est en effet à une journée de mule de vals. Il a agrandi donc encore la maison. Cette auberge a fonctionné jusqu’à la moitié du 19e siècle, Napoléon avait d’ailleurs fait refaire une route à cet endroit. Mais avec les transports modernes l’activité muletière et celle des auberges ont décliné jusque sous Napoléon 3 où elles ont se sont arrêté.

La ferme est revenue à son activité première qu’est la culture et, malgré tout, elle connaissait une période florissante. La maison a continué de s’agrandir. Elle a donc fini par accueillir 3 corps d’habitations (et exploitations) différents : Est, Sud et Ouest. L’expansion maximale de « Grange » est atteinte en 1914.

Le déclin de la ferme

DSCN0503

L’abandon du domaine est marqué par l’exode rural, le vieillissement de la population, et un certain manque de chance car les derniers habitants de cette ferme n’ont pas eu de descendance. Le gîte « La Bergerie » était occupé par deux sœurs vieilles filles sans enfants et la partie centrale, encore à rénover, était habitée par un vieux garçon qui n’a pas eu de descendance. Ces deux parties sont donc tombées en désuétude. Restait ainsi la partie du gîte « La Paysanne », inoccupée à l’époque.

A la fin de la 2nd guerre mondiale, les héritiers de cette dernière partie sont venus s’y installer, déjà âgés ils n’y ont pas fait de travaux. Etrangement, la maison a toujours été habitée par des gens âgés qui l’ont conservée à chaque fois en l’état jusqu’à la fin des années 1980,  et dieu sait qu’ils se contentaient de peu à l’époque : Plafond à claire voie, sol en terre battue, canards et poules en liberté.

La maison fût reprise par un homme qui tenta de la réhabiliter pour son fils, sans y habiter. Ils commencèrent à y améliorer les infrastructures, les accès… Mais le fils est décédé, le projet n’aboutit pas et c’est cette personne qui me vendit l’exploitation.

Le domaine était à la fois préservé et désuet. Les murettes et les faysses (terrasses agricoles) avaient été entretenues et maintenues plus ou moins. On y voyait bien le potentiel mais le terrain n’était pas dans l’état opérationnel que l’on espère d’une exploitation actuelle viable. Il m’a fallu beaucoup mettre de vigueur et d’énergie dans la réhabilitation de la propriété.

A ma reprise, il ne restait que les fondations de la maison. J’ai reconstruit les parties Est et Ouest. La partie Sud accueillera un troisième gîte dans les 2 ans à venir. Depuis la création des gîtes, nous avons rebaptisé le domaine « Les Granges de la Conquiste », un petit clin d’œil à leurs origines.